rechercher une voiture d'occasion annonce   Vendre sa voiture annonce   Actualité nouveauté automobile    
 
   
 
Conseils pratiques
 




 
Leasing, attention !!!
 
     

Un contrat de leasing lie trois partenaires : le client, qui choisit un modèle de voiture et détermine la durée de son contrat de location en mois et en kilomètres, la banque, qui achète ce véhicule et le loue au client, le garagiste enfin, qui livre l’auto et s’engage à la reprendre en fin de contrat, en remboursant alors à la banque une somme convenue au départ et qualifiée de valeur résiduelle.

  Bien comprendre le fonctionnement du leasing
   
Valeur résiduelle

Comme son nom semble l’indiquer, cette valeur résiduelle devrait représenter la valeur réelle de la voiture d’occasion au terme du contrat et compte tenu du kilométrage prévu. Mais en réalité, elle peut être modulée et permet d’ajuster le montant du loyer mensuel selon les désirs du client.

Le loyer mensuel est bien sûr composé de deux éléments :
- le remboursement du capital emprunté (amortissement)
- les intérêts.

Or, dans un leasing et contrairement au prêt personnel, le client ne rembourse pas l’entier du capital emprunté mais seulement la part comprise entre le prix de vente et la valeur résiduelle.
Normal, puisqu’en fin de contrat, le véhicule ne lui appartient pas.

Exemple:

Sur une voiture vendue 25'000 francs et dont la valeur résiduelle est fixée à 40%, le client ne remboursera que le 60% du capital emprunté, soit 15'000 francs. Sur la même voiture mais avec une valeur résiduelle fixée à 10%, il en remboursera 90%, soit 22'500 francs. Pas besoin d’être un as de la finance pour comprendre que la mensualité sera plus élevée s’il faut amortir 22'500 francs plutôt que 15'000 francs.

Louer le véhicule


C’est donc en jouant sur la valeur résiduelle que le garagiste et le banquier ajustent la mensualité au gré du client. Pour celui qui considère le leasing comme une simple location, sans envisager ainsi le rachat du véhicule en fin de contrat, la valeur résiduelle sera fixée le plus haut possible, afin de réduire le plus possible la somme à rembourser et, par conséquent, le loyer mensuel.

Acheter le véhicule

A l’inverse, celui qui prévoit d’emblée de racheter le véhicule à la fin du leasing aura intérêt à exiger une valeur résiduelle la plus basse possible ; il amortira d’avantage, son loyer mensuel sera donc plus lourd, mais il n’aura plus grand-chose à débourser au terme du contrat.

Intérêt

C’est ce qui constitue le principal avantage du leasing – les taux appliqués sont sensiblement inférieurs à ceux exigés pour les prêts personnels, pour la simple et bonne raison que le risque est moindre pour le prêteur, qui reste propriétaire du véhicule loué. Ils se situent généralement entre 6 et 7%, mais peuvent être moindres, voir nuls, lors d’action spéciales proposées par les importateurs pour certains modèles. Lorsqu’ils sont inférieurs à 2%, il devient même plus intéressant de « leaser » que de payer au comptant, le capital ainsi non investi pouvant produire des intérêts égaux ou supérieurs.

Taxe sur la Valeur Ajoutée


Dans le leasing, la TVA est préalablement déduite du prix du véhicule, mais ensuite recalculée et facturée sur les mensualités et la valeur de rachat du véhicule. En fin de compte, le résultat est le même. Pour une voiture d’une valeur de 25'000 francs (TVA comprise), au taux de 6.5% et avec une valeur résiduelle – raisonnable – de 10'000 francs, vous paierez 625 francs par mois pour l’amortissement des 15'000 francs constituant la différence entre le prix de vente et la valeur résiduelle, auxquels il faudra ajouter, toujours mensuellement 40 francs 50 pour les intérêts, soit 972 francs en tout. Enfin il faut bien que quelqu’un paie les intérêts sur la valeur résiduelle. C’est à vous bien sûr que la banque les impute : 6.5% cumulés, soit très précisément 54 francs par mois ou 1296 francs sur les deux ans. Au total vous débourserez tous aussi précisément 2'268 francs d’intérêts (sans assurance). Et si , au terme du contrat, vous rachetez la voiture à sa valeur résiduelle, vous aurez versé un total de 27'268 francs. Alors qu’avec un prêt personnel de 25'000 francs sur vingt-quatre mois au taux de 11.9% par exemple, vous auriez dépensé 3'046 francs 40 d’intérêt et frais d’assurance pour solde en cas de décès, soit 28'046 francs 40 en tout.
   
  Attention aux pièges
   
Kilométrage limité pour le leasing...

En leasing, contrairement au petit crédit, le kilométrage est limité(à 40’000km sur les deux ans, dans cet exemple) et le véhicule doit obligatoirement être couvert par une assurance casco complète. A vos frais, évidemment ! De plus si le prêt personnel comme le leasing peuvent être annulés en tout temps, par paiement du solde, sous déduction des intérêts non courus (et moyennant quelques frais de bouclement pour le leasing), une réalisation anticipée d’un contrat de leasing ou un dépassement du kilométrage peut coûter cher.


Pas de déduction fiscal possible pour les particuliers

De plus, détail, mais d’importance, si vous n’êtes ni travailleur indépendant ni une entreprise, mais un simple salarié, vous ne pourrez déduire ces intérêts de votre revenu fiscal. Alors que ceux payés sur un prêt personnel sont déductibles. Le crédit privé n’est limité que par la prudence du prêteur. Sur la base des renseignements fournis par le demandeur de prêt lui-même et par la centrale de renseignements des crédits (ZEK), le banquier brosse un portrait financier du candidat (salaire, charges de familles, autres crédits, etc… et fixe un plafond à la somme accordée et au poids des mensualités. Mais peu importe que cet argent serve ensuite à l’achat d’une voiture, d’un salon cuir ou d’un mois au Caraïbes…

Le véhicule ne vous appartient pas !

La valeur résiduelle ne donne léglement aucun droit au loueur et acheteur potentiel de la voiture. En fait, elle ne représente que le prix auquel le garagiste s’engage à racheter le véhicule au banquier au terme du contrat de location. Un garagiste peu scrupuleux aura donc tout loisir d’exiger, par exemple, 15'000 francs pour le rachat d’une voiture dont la valeur résiduelle avait été fixée à 12'000 francs. Entre le loueur qui prévoit de racheter le véhicule en fin de leasing et le garagiste, tout est donc une affaire de confiance ! Ou de convention écrite, qu’il est recommandé de passer au moment de la signature du contrat de leasing.